DSK – une conversation enregistrée jette le trouble sur l’accusation

Posted on juillet 2, 2011

0



Dominique Strauss-Kahn sur un marché à Lagny s...

Image via Wikipedia

Une conversation téléphonique entre la femme de chambre et son petit ami enregistrée après qu’elle eut accusé l’ex-patron du FMI Dominique Strauss-Kahn d’agression sexuelle, a jeté le doute chez les enquêteurs sur la crédibilité de la plaignante, affirme le New York Times.

Citant « une source bien placée au sein de la police », le journal a indiqué que la conversation a eu lieu 24 heures après que la femme de chambre de l’hôtel Sofitel à New York eut dit qu’elle avait été agressée sexuellement par M. Strauss-Kahn.

Son interlocuteur parlait d’un centre de détention réservé aux immigrants illégaux dans l’Etat de l’Arizona (sud-ouest).

Les enquêteurs du bureau du procureur du district de Manhattan ont appris l’existence de l’enregistrement et l’ont fait traduire du peul, une langue parlée en Guinée, le pays d’origine de la femme, a indiqué le NYT.

Lorsque la conversation a été traduite -mercredi seulement-, les enquêteurs ont commencé à s’inquiéter, poursuit le journal.

« Elle dit en gros +Ne t’inquiète pas, ce type a beaucoup d’argent. Je sais ce que je fais+ », selon la source citée par le New York Times.

L’homme avait été arrêté alors qu’il troquait des contrefaçons de vêtements de marque contre de la marijuana dans le sud-ouest de Manhattan, selon la même source… Mais aussi : Ce détenu, dont l’identité n’a pas été révélée, a été arrêté pour détention de 180 kilos de cannabis et fait partie des multiples individus qui ont fait des dépôts en «cash» sur le compte bancaire de la plaignante au cours des deux dernières années, pour un montant cumulé de 100.000 dollars.

Selon le journal, l’avocat de la femme a dit qu’elle ne savait pas que l’homme était un « dealer ». Un mensonge de plus.

Vendredi, un juge a levé l’assignation à résidence de M. Strauss-Kahn à la demande du procureur, qui a établi que l’accusatrice avait fait un récit « erroné » de l’agression présumée.

La femme de chambre guinéenne de 32 ans accuse toujours M. Strauss-Kahn d’avoir tenté de la violer le 14 mai dans sa suite du Sofitel.

Les médias ont-ils dérapé en sautant les étapes?

En réalité, hormis les dérapages évidents des «tabloïds» comme le «New York Post» qui a baptisé DSK le «Perv» avant de dénoncer aujourd’hui les «mensonges» de la victime, la presse américaine a suivi les pistes de l’accusation. Contrairement à une opinion répandue, le portrait de la victime (« De la hutte à la grande ville ») publié par le «New York Times»  du 14 juin, n’était pas si «flatteur», et visait encore moins à «blanchir» la plaignante. Il posait deux questions troublantes : comment et sur quelle base a-t-elle obtenu l’asile aux Etats-Unis et comment est-elle passée subitement du Bronx à un emploi dans un hôtel de luxe de Manhattan ? En revanche, on peut se demander pourquoi les doutes sur la crédibilité de la plaignante évoqués par plusieurs médias africains il y a plusieurs semaines, notamment en Guinée, n’ont pas été relayés plus tôt.

Selon toute logique, j’ai le sentiment que Nafissatou Diallo telle une prostituée à vendu ses faveurs tarifées à DSK sachant très bien depuis le début à qui elle avait à faire et quel était son penchant pour les femmes. Profitant de cette opportunité, elle a décidé de monter toute cette affaire pour toucher le Jackpot et vivre confortablement de ses rentes.

Je la crois aussi suffisamment capable à son retour dans la suite de DSK ( au fait, pourquoi y est-elle retournée ?) pour rendre le scénario plus crédible, de marquer son corps (la scarification en Afrique est monnaie courante), cracher sur la moquette, laquelle on se demande pourquoi, a été changée au lieu d’être nettoyée… Maculer et déchirer ses vêtements pour que son récit soit plus plausible et rendre positifs les testes ADN. C’est ce que l’on peut appeler dans certains pays en voie de développement « La promotion sociale », très largement développée en Afrique comme ailleurs.

Tout ceci montre bien son tempérament et sa détermination de profiter de cette aubaine qui lui apporte à coup sûr une notoriété internationale et gagner très vite beaucoup d’argent par tous les moyens.

C’est aussi une personne machiavélique et une bonne comédienne qui a visiblement échafaudé un véritable traquenard à Dominique Strauss-Kahn, mais aussi dupé policiers, procureurs, avocats, journalistes, tous confondus.

C’est pourquoi le procureur qui continue encore son enquête pour la forme sur le bien fondé de l’accusation, va abandonner celle-ci dans quelques jours et disculper définitivement DSK pour faute de preuves.

Peut-être qu’après l’abandon de la procédure pénale Nafissatou Diallo âpre aux gains et toujours dans sa logique, va tenter par l’intermédiaire de son avocat une action civile pour réclamer un dédommagement avantageux important. Je doute cependant que cette procédure aboutisse pour la plaignante.

Suite à toute cette aventure qui a entretenu bien des polémiques controversées dans l’opinion publique, il ne serait pas étonnant que DSK fasse un retour sur la scène politique d’ici peu ou qu’il soit candidat aux élections présidentielles 2012. Il garde néanmoins toutes ses chances dans les sondages.

Advertisements