Des français tués par manque de soins.

Posted on octobre 10, 2013

0



Écrit par François-Mary BOURREAU

Un dossier explosif sur lequel aucun gouvernement de droite comme de gauche n’a voulu se pencher ni a fortiori prendre des mesures nécessaires. Sujet tabou ? Euthanasie programmée ?  Dossier beaucoup trop sensible en vérité.

Image

(photo Challenge.fr)

En période de crise, avec le déficit abyssal de la Sécurité Sociale que l’on connaît. Bien que celui-ci ne cesse de se creuser au fil des ans… Nous pouvons constater que le système de santé français qui faisait à une certaine époque glorieuse l’orgueil du pays, continue de se détériorer lamentablement. Ceci n’est pas une révélation, car chacun de nous le sait.

Dysfonctionnement ? Ou mauvaise gestion ?

En revanche, force est de constater qu’un nombre grandissant de français préfère se passer de soins les plus élémentaires, lesquels deviennent chaque fois plus onéreux et peu remboursés suite aux mesures d’austérité appliquées par les gouvernements successifs.

Un phénomène social inquiétant.

Ce phénomène est devenu crucial, il s’accentue en raison des disparités de revenus populaires, les écarts se creusent chaque année. Les riches sont encore plus riches, ils vivent plus longtemps, ils bénéficient de la meilleure qualité de soins. Pour les revenus modestes qui s’appauvrissent chaque fois plus il en est tout autrement. Pour survivre ceux-ci n’ont d’autre alternative que limiter ou même de refuser purement et simplement les soins.

Il existe bien sûr les Mutuelles direz-vous, c’est la première pensée en l’occurrence qui peut venir à l’esprit… Mais qu’en est-il en vérité ? Ceci est en réalité “le nœud gordien“ du problème pour le régime de santé français.

Il s’avère que dans ce secteur, la gestion alambiquée pratiquée par l’ensemble des organismes demeure opaque pour l’assuré et sujet à caution.

Ces mutuelles sont avant tout des entreprises d’assurances comme les autres qui génèrent de gros profits. Le marché est particulièrement juteux en raison de la croissance et du vieillissement de la population. Les cotisations ne cessent d’augmenter chaque année mais aussi se majorer abusivement en fonction de l’âge de l’assuré.

Rien de plus normal pour une entreprise commerciale… A ceci-ci près toutefois, qu’il n’existe guère de réglementation légiférée sur la déontologie en prévoyance de santé ni de surveillance sérieuse sur la gestion de ces organismes qui imposent leurs propres lois, lesquelles sont parfois plus qu’arbitraires.

Il semblerait que le gouvernement pourrait profiter de cette opportunité pour prendre des mesures qui incombent en la matière, afin de meilleur encadrer les mutuelles de santé en proposant un texte de loi adapté qui légifère sérieusement cette corporation et protège de fait les assurés contre certains abus pratiqués. Il y a assurément du grain à moudre !

Ce que les français ignorent

Ce dossier ne serait pas complet, sans évoquer l’aspect crucial du statut des français expatriés installés à l’étranger hors de la Communauté Européenne, lequel, semble pire à tout point de vue que celui vécut par nos compatriotes de l’hexagone.

Il est évident que tous ne sont heureusement pas lotis à la même enseigne. Certains travaillent pour des entreprises françaises, d’autres ont créé leur propre entreprise et quelques privilégiés plus aisés coulent des jours heureux avec de confortables revenus. Pour tout ceux-ci pas de problème majeur.

Il n’en est pas de même pour cette catégorie oubliée qui nous intéresse, à savoir celle des petits retraités qui ont décidé de quitter la France avec leurs maigres revenus pour tenter de vivre meilleur sous d’autres latitudes et gagner quelques centimes en plus sur leur pouvoir d’achat.

C’est en réalité une classe sociale moyenne française, qui a travaillé toute sa vie durant et parfois dans de dures conditions, mais qui à décidé d’adoucir sa fin de vie de façon honorable avec des conditions plus décentes sans dépendre de la société française ni se sentir à charge de la famille. Quoi de plus naturel en soi ?

Pour cette classe sociale… Point de salut ! Ces retraités ont tout quitté avec leur maigre pension dont les charges sociales mensuelles (SS, CSG) sont prélevées à la source, alors qu’ils n’ont droit à rien ni aucune couverture sociale ou médicale dans leur pays de résidence… Ni même dans leur propre pays.  Est-ce normal ?

Pour la plupart, ils n’ont aucune mutuelle de santé ou chirurgicale car ils ont pris leur retraite à 65 ans. Les organismes d’assurances de santé refusent systématiquement de façon discriminatoire clairement affichée, toute adhésion ou protection à cette clientèle qui a passé la soixantaine (catégorie somme toute, à haut risque de contracter une maladie rapidement).

Forte déconvenue à l’arrivée ! Reste alors la seule option pour ces retraités exclus du système, de contracter un plan de santé auprès d’un organisme local du lieu de résidence, mais là une amère déception attend nos expatriés. Le prix est absolument exorbitant pour une garantie de service pour le moins très aléatoire surtout en cas d’urgence. Dans le meilleur des cas la cotisation mensuelle individuelle peut aller de 600€ voir jusqu’à près de 2100€… C’est à dire quasiment plus des trois quarts de la pension mensuelle. Une absurdité incommensurable qu’il convient de dénoncer !

Souhaitons leur de garder la santé le plus longtemps possible… On ne peut cependant pas les blâmer quand ils affichent le triste sentiment de se sentir abandonnés par leur pays d’origine qu’est la France. Cette profonde amertume apparaît indubitablement dans leur propos au fil de la conversation, d’autant que pour un certain nombre ils sont imposés à 20% au minimum de leur petite pension perçue de France, voir plus… C’est à dire que du fait qu’ils vivent à l’étranger ils paient trois fois plus d’impôts que si ils habitaient en France. Ceci aussi, est-ce normal ?

Une image surannée qu’il est temps de gommer.

Il semblerait que les expatriés français à l’étranger, rapportent plus à l’État de notre pays que ceux qui vivent en France…  Sont-ils tous riches ? Non ! Il est bon de briser à juste raison cette image au demeurant par trop idyllique vis à vis de nos compatriotes. La réalité en vérité est toute autre.

Un expatrié est aussi une personne courageuse, appelée à faire face seule, sans aucune assistance, a de nombreux problèmes au quotidien en fonction de la culture du pays résident et demeurer très réactive devant n’importe quelle situation.

N’y aurait-il pas malgré la conjoncture actuellement difficile, une solution rapide adaptée à ce problème récurrent que le gouvernement pourrait apporter avec grande sagesse et considération pour une classe sociale honorable de retraités français, laquelle toute entière, demeure cependant très attachée mais aussi fière d’être française.

Cette communauté française souhaite avant tout donner une image valorisante de la France dans leur pays de résidence, ce qui sans conteste, contribue à fortiori et indiscutablement a renforcer cette marque de respect à travers le rayonnement de notre pays dans le monde. Ils sont aussi ne l’oublions pas, les meilleurs ambassadeurs de notre pays.

François-Mary BOURREAU  Directeur du journal hebdo francophone www.brasil-infos.com 

Publicités
Posted in: Uncategorized