Le portrait explosif de l’opposition syrienne…

Posted on février 24, 2012

0



L’opposition syrienne peut être divisée en trois branches: opposition extérieure, opposition intérieure et opposition armée.

Bachar al-Assad _MG_2491

Bachar al-Assad _MG_2491 (Photo credit: Abode of Chaos)

1. Opposition extérieure:

La principale instance de l’opposition extérieure est le Conseil national syrien (CNS), formé le 2 octobre 2011 à Istanbul. Selon son président Burhan Ghalioun, le Conseil réunit 60% des mouvements syriens opposés au président Bachar el-Assad.

Tout récemment, le militant des droits de l’homme Ammar al-Kourbi a annoncé la mise en place d’un nouveau groupe d’opposition indépendant du CNS, baptisé Mouvement démocratique pour la réforme.

L’opposition extérieure rejette tout dialogue avec le régime en place et exige la démission immédiate de Bachar el-Assad ainsi que le transfert de pouvoir au vice-président Farouk Charaa.

2. Opposition armée:

L’opposition intransigeante a notamment renforcé son potentiel avec la création del’Armée syrienne libre (ASL), dirigée par le colonel Riyad al-Asaad, qui se trouve lui-même en Turquie. Selon ce dernier, à l’heure actuelle, l’ASL compte jusqu’à 30.000 officiers et soldats ayant fait défection de l’armée régulière, qu’ils jugent coupable de crimes commis contre le peuple syrien. En décembre 2011, l’Armée syrienne libre et le Conseil national syrien ont convenu de coordonner leurs actions.

3. Opposition intérieure:

La principale structure de l’opposition intérieure est le Comité de coordination pour le changement démocratique en Syrie, créé en juin 2011. Il est présidé par Hassan Abdel-Azim et compte parmi ses membres plusieurs opposants célèbres tels que Haitham Manaa, Aref Dalila ou Michel Kilo. Le Comité regroupe des mouvements nationalistes et de gauche, ainsi que des partis kurdes et certaines personnalités indépendantes.

Les positions du Comité de coordination et celles du CNS sont en principe identiques, bien qu’aucun accord formel n’ait été conclu entre eux.

Parmi d’autres groupes de l’opposition syrienne figurent notamment le Mouvement pour la construction de l’Etat syrien, dirigé par le publiciste Louay Hussein, et leFront populaire pour le changement et la libération, conduit par l’ancien communiste Quadri Jamil, qui plaident pour des négociations avec le pouvoir et sont hostiles à toute ingérence étrangère dans le règlement de la crise syrienne.

Sources: Ria Novosti