Flash infos sur le barrage Belo Monte : URGENT! Se mobiliser.

Posted on janvier 18, 2012

8



C’est en catimini, dans la plus grande discrétion et à l’insu des médias qu’une armada de bulldozers arrive par voie fluviale dans cette région du Xingu au grand émoi des riverains. Les travaux de fermeture du fleuve Xingu sont désormais engagés.

Comment le gouvernement brésilien « droit dans ses bottes » fait fi d’une décision de justice récemment prononcée et poursuit en passant outre les contestations le programme de construction du barrage.

Sur ce sujet, le ministre de l’énergie Edison Lobão a lui-même dernièrement déclaré « Le pays ne se laisse pas intimider par la pression contre Belo Monte».
C’est un fait établi.

Que vont faire ces peuples du Xingu quand tous ces camions, bulldozers vont trimbaler terre, grava ?… Arracher par ignorance les espèces encore non répertoriées de la flore, les plantes médicinales et de tuer sans distinction aucune toute la faune, qui sera de toute façon immergée par les eaux à brève échéance.

Mais où iront les habitants de ces villages menacés quand ce barrage pharaonique fierté démesurée d’un pouvoir, symbole phallique de puissance aux yeux du monde aura coupé en deux le fleuve Xingu en privant les populations riveraines de la denrée essentielle à leur alimentation qu’est le poisson ?

Qu’adviendra-t-il de ses villages sur la terres de leurs ancêtres où les vestiges et le culte des morts y sont encore présents ?

Les autorités brésiliennes passent au-dessus des lois, elles démontrent un réel mépris pour les peuples autochtones, légitimes du Haut Mato Grosso dont le territoire se rétréci à vue d’oeil telle « une peau de chagrin » dans la réserve du Xingu qui leur a été alloué.

C’est dans la plus grande discrétion, à l’insu des média qu’une armada de bulldozers arrive dans cette région tant convoitée malgré la suspension des travaux prononcée par le tribunal en vertu d’un jugement qui stipulait avec bon sens que la construction de ce barrage long de 6 km, d’une énergie limitée n’est pas indispensable sur ce site…

C’est un édifice pour le moins contestable et contesté qui va d’une façon inéluctable détruire irrémédiablement la faune, mais aussi la flore d’une richesse insoupçonnée indispensable pour la survie de l’humanité.

D’autant que cet ouvrage va provoquer le déplacement en masse des populations indigènes de cette vaste région vers des terres qui leurs sont hostiles déjà peuplées par les fazendas et pistoleros lesquels procèdent allègrement déjà « la chasse à l’indien » et massacrent en toute impunité au nom de l’économie exportatrice, les leaders insulaires qui figurent sur une liste noire, de même que femmes et enfants… Sur l’autel du profit, grand orgueil du pays.

Que peut faire ce peuple pacifique face à ce « génocide » programmé, (le mot n’est pas trop fort) juste armé d’arcs, sarbacanes et de flèches contre des pistoléros pourvus d’armes automatiques ?

Il suffirait cependant d’être un peu créatif pour se doter d’énergies renouvelables. Cette voie serait plus propice dans une certaine logique de la continuité « ambientale ». A ce titre le Brésil pourrait se qualifier de précurseur et d’exemple dans le domaine des sources d’énergies. C’est dans le droit fil écologique, un challenge louable à relever. Le Brésil en est tout à fait capable si cette volonté politique anime les autorités gouvernementales.

Une manifestation contre le barrage du Belo Monte est déjà programmée mercredi prochain 25 janvier de 13h à 16h devant MASP Avenida Paulista.

Labasoche