Brésil: plus d’un million de personnes assassinées depuis 1985

Posted on décembre 15, 2011

0



15 décembre 2011


Environ 1,1 million de personnes ont été assassinées au Brésil depuis l’année 1985, indique le rapport publié par l’Institut Sangari de Sao Paolo, une organisation à but non lucratif.

D’après cette étude, la moyenne des homicides pour 100.000 Brésiliens est passé de 11,7 en 1980 à 28,9 en 2003, année qui a connu le plus haut niveau de violence. C’est pour le moins, un triste record mondial et une mauvaise image pour le tourisme. Quand vous sortez de chez vous, vous ne savez pas si vous rentrerez le soir. C’est en quelque sorte la roulette russe quotidienne. Les natifs qui sont fatalistes, ont pour habitude de dire « A la grâce de Dieu » (Graça Deus).

Grâce aux efforts déployés par les autorités brésiliennes pour réduire le nombre d’armes à feu détenues par les particuliers, cet indice a légèrement baissé pour s’établir à plus de 26 homicides pour 100.000 personnes en 2010.

Toutefois, le nombre total de meurtres reste très élevé dans le pays.

Ainsi, selon le rapport, au cours de la période allant de 2004 à 2007, près de 194 000 personnes ont été tuées au Brésil, ce qui correspond à peu près au nombre total de morts dans l’ensemble des 62 conflits armés sur cette même période, y compris les guerres en Irak et en Afghanistan, ainsi que les conflits au Proche-Orient, au Soudan et en Colombie (208.000 morts au total).

En 2010, le nombre de meurtres le plus élevé a été enregistré dans l’Etat de l’Alagoas, situé dans l’est du pays (66,8 pour 100.000 habitants).

Dans le même temps, Ciudad Juárez, ville mexicaine en proie aux trafiquants de drogues (387 meurtres pour 100.000 habitants en 2010), arrive en tête du classement des villes les plus dangereuses du monde.

Sources: RIA Novosti

Il n’y a pas seulement que les plages de rêve sous les cocotiers, le futebol, le carnaval, les belles filles à la peau dorée dans leur bikini « fio dentale »… Mais plutôt l’attaque à main armée et la mort au coin de la rue dans l’indifférence générale. C’est aussi cela le Brésil ! Touristes imprudents, s’abstenir.