Le FEMEN s’invite chez DSK

Posted on octobre 31, 2011

1




C’est Anne Sinclair qui a dû apprécier.

Trois jolies blondes, seins nus, déguisées en soubrettes, armés de serpillères et de plumeaux, ont fait le spectacle lundi devant le domicile parisien de Dominique Strauss-Kahn, place des Vosges. Pancartes aux slogans explicites à la main (« Fuck me in Porsche Cayenne« , « La honte ne part pas au lavage »), trois Ukrainiennes appartenant au mouvement féministe Femen sont venues dénoncer l’attitude de l’ancien président du FMI, accusé de viol à New York par Nafissatou Diallo, une femme de ménage de l’hôtel Sofitel. Un Dominique Strauss-Kahn, bien que blanchi par la justice américaine, qui continue de créer la polémique.

Anna (27 ans), Sasha (23 ans), Inna (21 ans) et Levgeniia (23 ans) ont réussi leur coup. Devant beaucoup de médias et de badauds ravis du spectacle, les trois Ukrainiennes, appartenant à l’association féministe Femen, ont, armées de seaux, de serpillères et de plumeaux, manifesté devant le domicile parisien de DSK. 

Avec des pancartes et des slogans sans équivoques. « Fuck me in Porsche Cayenne », « La honte ne part pas au lavage » ou encore en entonnant la chanson « Voulez-vous coucher avec moi ce soir ».

En tenues de soubrettes, les trois jeunes femmes voulaient dénoncer le comportement de l’ancien directeur du FMI, dont les mœurs ont, ces dernières semaines (Sofitel, Tristane Banon, Affaire du Carlton), fait la une de l’actualité française, mais aussi mondiale.

Déguisées en soubrettes, en référence à la profession de Nafissatou Diallo, celle qui a accusé DSK de l’avoir violé dans un chambre de l’hotel Sofitel de New York en mai dernier, les trois blondes, seins nus, ont pris la pose dans des positions « sexuelles », criant, en frappant sur la porte de l’immeuble : « Descends, si t’es un homme« . Un vers a priori adressé à Dominique Strauss Kahn.

L’association Femen, a publié un communiqué lundi pour expliquer cette opération : « On peut utiliser son argent et ses connaissances pour éviter la punition, mais la honte ne partira jamais au lavage« . Avant d’exhorter les femmes françaises à se rebeller contre ses comportements déviants des personnalités politiques avec celle belle phrase, pleine de poésie : « Sors, déshabille-toi et gagne! ».