Voici pourquoi Kadhafi est l’homme à abattre !

Posted on septembre 6, 2011

1



Ce qu’il faut savoir sur la cause occultée qui a déclenché les événements en Libye et plus précisément les attaques d’ingérence de l’OTAN.

Pourquoi, du jour au lendemain, Kadhafi est-il devenu l’homme à abattre ?

La réponse est connue de DSK et de certains leaders : Kafhafi voulait établir le DINAR OR et donner l’exemple aux chefs d’état occidentaux qu’il fallait envoyer paître dans le désert les familles oligarchiques. Kafhafi en avait assez de la Main anonyme. Mais les leaders occidentaux ont du mal à couper la main qui opprime les peuples et exige du sang et des larmes pour compenser les pertes subies ici ou là. Ils ont décidé de défendre les intérêts du cartel bancaire.

Pratiquement au moment où DSK fut arrêté avant de discuter avec Kafhafi du dinar or, les forces de l’Alliance s’employèrent à défendre les intérêts du cartel bancaire. L’Occident a ainsi envoyé sa chair à canon pour satisfaire les désirs de ces familles oligarchiques. C’est ainsi que, sitôt Benghazi repris par les rebelles, l’on décida de créer une NOUVELLE BANQUE CENTRALE LIBYENNE… selon le modèle bien connu des Grecs et des autres européens.

Les leaders de l’Alliance se sont lancés dans un combat sans avenir. Ceux de France et d’Angleterre ont cru faire le bon choix ; l’avenir démontrera le contraire, car la Main anonyme a déjà décidé de massacrer les économies financières, sans base industrielle… Chômage et manque de pain, voilà ce qui nous attend.

En laissant Mammon imposer les règles, nous avons récolté la tyrannie des gouvernements, l’instabilité des pouvoirs et la nullité des hommes. Comme disait le grand cardinal Pie : « Le temps des malheurs n’est pas fini, puisque le jour de la vérité n’est pas encore venu ». Tant que le mensonge sera la clé de la politique, le temps n’est pas venu pour les gouvernements de durer. On nous parle de progrès, mais c’est le recul dans tous les domaines, et maintenant nous entrons de plein pied dans le scénario de l’effondrement de l’ensemble du Système.

C’est sans nul doute le bourbier libyen qui commence, dans lequel la France est bien engagée, avec sont lot de pleurs, de déconvenues et de regrets tardifs… Un dossier de poids qui va peser très lourd sur l’économie mais aussi pour les prochaines élections présidentielles en 2012.