Allemagne – Sale temps pour l’Euro !

Posted on août 25, 2011

1



Horst Seehofer, Angela Merkel and Guido Wester...

Image via Wikipedia

Sale temps pour la monnaie unique Outre-Rhin. Nos voisins n’en finissent pas de se méfier de l’euro et de la Banque centrale europeenne. La presse en tête. Après les faire-part de deuil publiés en « une » des deux hebdomadaires des plus sérieux, Der Spiegel et Wirtschftswoche, le quotidien Handelsblatt, la bible des affaires qui apporte chaque jour son lot d’attaques, vient d’évoquer en première page la prophétie de l’ancien patron de la banque centrale américaine, Alan Greenspan. L’octogénaire s’attend « à la mort prochaine de l’euro ». ¨Pas de quoi néanmoins émouvoir à la BCE, où, habituée à désamorcer l’hostilité allemande, on fait valoir que l’ancien grand argentier de la Fed travaille aujourd’hui pour un hedge fund…

Mais même dans le camp de la chancelière les voix dissonantes sont de plus en plus nombreuses. Hier matin, c’était Christian Wulff, le Président de la république qui, dans un discours solennel devant un public choisi –des prix Nobel !-, critiquait âprement la politique de rachats d’actions de la Banque centrale de Francfort. Selon le chef de l’Etat, ces interventions sont « discutables sur le plan légal » et ne donneront rien de bon sur le long terme.

Kohl s’attaque à Merkel

Mercredi soir, à l’occasion de la sortie de son nouveau livre, l’ex-chancelier Helmut Kohl fustigeait le manque de solidarité européenne de ses compatriotes, notamment celui d’Angela Merkel –qui tergiverse trop avant de s’engager, estime le vieil homme- et de son ministre des affaires étrangères, Guido Westerwelle.

Ce jeudi matin, enfin, c’est le président du Parlement, Norbert Lammert, lui aussi chrétien démocrate, qui lance un avertissement dans la presse. Il soupçonne des manœuvres secrètes au gouvernement. Or il n’est pas question que les députés soient muselés dans le débat sur l’aide à la Grèce, s’est emporté l’élu, qui exige un droit de regard sur chaque euro engagé. Une chose est sûre, les débats au Bundestag s’annoncent chauds. Les parlementaires doivent se prononcer sur le soutien à Athènes le 23 septembre. Et les Allemands ont de quoi s’inquiéter quant à l’avenir de la monnaie qui a remplacé leur deustche mark. Un sondage indique que 31% d’entre eux estiment qu’il n’y aura plus d’euros dans dix ans !