Affaire classée – Dominique Strauss-Kahn est libre !

Posted on août 23, 2011

2




Dominique Strauss-Kahn, un petit sourire aux lèvres, est arrivé au tribunal de New York accompagné d’Anne Sinclair, en tailleur sombre.

Comme l’on pouvait s’y attendre, le juge annonce l’abandon des charges contre DSK… Le « non lieu » est prononcé… Mais contre toute attente, provoque un tremblement de terre de magnitude 6.

Affaire classée : la saga judiciaire de Dominique Strauss-Khan touche à sa fin. L’abandon des poursuites pénales à New York contre Dominique Strauss-Kahn a été prononcé mardi par le juge lors d’un ultime audience à Manhattan. L’ancien directeur du FMI a fait savoir par communiqué immédiatement après l’audience que son inculpation avait été « un cauchemar » et qu’il aspirait à rentrer « chez lui ». Il y remercie tous ceux qui l’ont soutenu et ajoute qu’il ne fera pas d’autre déclaration.

Chronologie de l’audience:

17h57 : DSK sort de la salle d’audience, sans un mot, en homme libre

17h56 : c’est désormais officiel : l’affaire « DSK-Diallo » est classée

17h55 : le juge annonce l’abandon des charges contre DSK

17h50 : Le procureur : « l’abandon des poursuites n’est pas requis « à la légère ».

17h44 : le procureur adjoint est en train d’expliquer le document de 25 pages qui motive l’arrêt des poursuites dans cette affaire… (voir le condensé ci-après).

Le procureur, à l’origine de la spectaculaire arrestation de DSK le 14 mai, avait, un mois et demi après, émis des doutes sur la crédibilité de son accusatrice, et sa capacité à convaincre un jury. Il avait expliqué qu’elle avait menti à plusieurs reprises aux enquêteurs sur son passé et sur ce qui s’était passé tout de suite après les faits présumés. Elle avait également longtemps refusé d’admettre une conversation téléphonique -enregistrée- où elle aurait évoqué le 15 mai avec un ami emprisonné la fortune de M. Strauss-Kahn.Elle avait aussi occulté au procureur, les rapports sexuels avec d’autres partenaires la veille de sa rencontre présummée avec Dominique Strauss-Kahn dans la suite du Sofitel.

Dans une étonnante interview télévisée fin juillet, la jeune femme, illettrée, avait elle même reconnu des erreurs. Mais elle avait assuré qu’elle disait la vérité, en racontant les larmes aux yeux et avec force détails l’agression dont elle aurait été victime le 14 mai.

Une condamnation au pénal ne peut être obtenue à New York que par un jury unanime, convaincu « au delà du doute raisonnable ». Si le juge acceptait mardi une motion d’abandon des charges de la part du procureur, ce qui selon les experts est hautement probable, Dominique Strauss-Kahn, 62 ans, serait libre de quitter immédiatement les Etats-Unis.

Le formidable bras de fer judiciaire, qui oppose depuis trois mois l’ancien patron du FMI et une femme de chambre guinéenne du Bronx, pourrait ainsi trouver son épilogue sans que l’on sache jamais ce qui s’est passé dans la suite 2806 du Sofitel.

La fin de la procédure pénale ne met cependant pas un point final à l’affaire aux Etats-Unis. Les avocats de Nafissatou Diallo ont en effet lancé au début du mois une procédure civile devant un tribunal du Bronx pour obtenir des dommages et intérêts après l’agression « violente et sadique » contre leur cliente.

17h35 : l’un des avocats de DSK bavarde avec les procureurs. Celui de Nafissatou Diallo, lui, reste muet.

17h30 : l’un des avocats de Nafissatou Diallo est arrivé dans la salle d’audience. Il s’agit de Kenneth Thompson

17h25 : la salle d’audience est remplie à craquer : plus de 140 personnes, dont une majorité de journalistes. Et au moins autant dans le couloir.

17h02 : Dominique Strauss-Kahn arrive au tribunal de New York. Attendu par une centaine de journalistes, l’ancien patron du FMI, en costume sombre et chemise claire, est arrivé avec Anne Sinclair.

16h50 : La voiture de DSK quitte le domicile de Tribeca. Anne Sinclair accompagne son mari.

16h36 : Le juge refuse la nomination d’un procureur spécial.

16h08 : De nombreuses femmes ont témoigné contre DSK, affirme un avocat de Diallo.

15h48 : « DSK, honte à toi! », lancent des féministes devant le tribunal à New York.

La suite du feuilleton en France

Dominique Strauss-Kahn est désormais libre de revenir en France quand bon lui semble. Mais si les poursuites sont abandonnées contre lui à New York, l’enquête préliminaire ouverte en France après la plainte pour tentative de viol de la romancière Tristane Banon continue mais se heurte à l’absence de preuve matérielle.

Nafissatou Diallo, l’accusatrice de Dominique Strauss-Kahn pour agression sexuelle à New York, va par ailleurs déposer plainte en France mardi pour tentative de subornation de témoin contre un adjoint au maire de Sarcelles, a-t-on appris lundi auprès de l’avocat Me Thibault de Montbrial.