Quand la rumeur africaine déclenche son TAM-TAM…

Posted on août 2, 2011

0



Pagne sexuel, collier de taille : la séduction selon les Sénégalaises…

Il s’en passe de bonnes sous le baobab… dans la chaleur épicée des nuits africaines… En bonnes pêcheuses accomplies les femmes Sénégalaises savent par expérience attraper les hommes dans leur filet… Voyez plutôt ce qui suit.

En consultant la presse africaine comme à l’accoutumée, j’ai relevé ces perles peu banales sur la séduction de la femme Sénégalaise qui vaut son pesant d’or ou de cacahuètes. Lors de mes précédents séjours au Sénégal et en Casamance, je connaissais déjà cette mode coquine largement affichée par les beautés sénégalaises pour le moins très délurées.

Je subodore que Dominique Strauss-Kahn est déjà passé par là, vue son amour inconditionnel de l’Afrique… ;o))

Dakar : Ce n’est qu’une fois sa fille de 18 ans et sa copine virées du salon que Mariama, 44 ans, accepte de parler de ses techniques de séduction. Elle se lève, pose ses mains sur ses hanches et marche sensuellement sur une grande natte en plastique coloré. Puis direction la chambre où, à gauche du lit, se trouve un gros bocal transparent.

Quand elle l’ouvre, une odeur de « thiouraye », un encens aux vertus excitantes, monte dans la pièce. Mariama, coupe courte, visage fin et larges hanches, en sort ce qu’on appelle un « bethio », un petit pagne, « une nuisette, comme vous diriez en France ». Celle-ci ressemble à un filet de pêche, tout troué. Les fils en coton sont bleus, violets, verts, jaunes. Mariama explique tranquillement :
« Bien sûr, tu te mets toute nue en dessous. Quand mon mari me voit comme ça, il jouit avant d’être en moi. »
Elle ajoute que tous les Sénégalais ne sont pas forcément des inconditionnels de ces trucs et astuces. Au fond du bocal, il y a aussi deux « bin-bin », colliers de taille, que les femmes mettent autour de leurs hanches et qui s’entrechoquent lorsqu’elles marchent ou font l’amour.

« Les garçons, ici, ils en demandent trop aux filles »
Dehors, assises dans l’escalier, deux copines épluchent des oignons pour le mafé du soir (ou tout autre plat Thiep bou dien – Yassa)  et se marrent. « Elle croit qu’on ne connaît pas tout ça, tu parles ! » A 18 ans, Awa est déjà blasée des hommes :
« Mon copain m’a quittée il y a trois jours parce que je ne voulais pas coucher avec lui. Je refuse de mettre ces “bin-bin”. Les garçons, ici, ils en demandent trop aux filles. Et ils ne se gênent pas pour aller voir ailleurs dès qu’ils ne sont plus satisfaits. »

Un peu plus tôt dans la matinée, dans le tangana (échoppe de rue où on peut prendre son petit déjeuner) qu’Awa tient avec sa sœur, rencontre avec Pape, un client, fonctionnaire de 25 ans. A peine mentionne-t-on les petits pagnes qu’il lâche un « hiiiiii » et que ses yeux sortent de ses orbites. Il résume la situation :
« Tout ça me pousse à aimer ma copine. Si je la vois avec des “bin-bin”, j’ai envie de me jeter sur elle. Pareil avec les petits pagnes, ça s’ouvre comme une serviette, c’est plus excitant. »
A l’origine, un attirail réservé aux femmes mariées
« Bin-bin », petits pagnes, « thiouraye »… Cet attirail reste largement utilisé pour séduire les maris, car traditionnellement, il était uniquement réservé aux femmes mariées.

Emmanuel Cohen, doctorant en anthropologie au CNRS à Dakar qui travaille sur l’image du corps au Sénégal, décrypte :
« L’homme protège la femme et l’entretient souvent financièrement, donc l’épouse essaye de ménager son mari par rapport aux responsabilités familiales qu’il a. Et le satisfaire sexuellement est un de ses rôles. ». Loin de ce que peuvent penser les féministes, ce sont les femmes africaines qui détiennent le pouvoir en coulisses sur les hommes.

Près du stade Léopold Sédar Senghor, un chauffeur de taxi d’une cinquantaine d’années me raconte sa vie rêvée. Il aurait quatre femmes (le Sénégal est un pays à 90% musulman et l’islam autorise les hommes à épouser jusqu’à quatre femmes), chacune dans une maison différente, pour éviter les disputes entre épouses.
Le soir, il rentrerait chez lui, sa femme lui aurait préparé un bon repas, serait en petit pagne, elle lui « masserait les pieds et lui mettrait son pyjama ». Puis elle lui donnerait un « de ces remontants au gingembre, pour être en “ forme ”, éteindrait la lumière et…crac-crac  dans la nuit tropicale».
Mais le rêve s’arrête là car « faute d’argent », il n’a qu’une femme. Il ne pourrait pas subvenir aux besoins d’une, voire deux ou trois autres familles.

Emmanuel Cohen constate un changement, mais qui reste cantonné aux classes moyennes et aisées de Dakar :
« Nous avons remarqué une ouverture au plaisir féminin, à la vie de couple. Ces femmes revendiquent leur plaisir sexuel. Elles veulent être indépendantes et les hommes de ces classes sociales recherchent aussi des femmes indépendantes. »

Un commerce fructueux
Une chose est sûre, les techniques de séduction à la sénégalaise rapportent de l’argent. Le marché HLM, à Dakar, est connu pour ses vendeuses de « bin-bin » et autres pagnes.
Sur la table de Fatima se trouvent une vingtaine de colliers de tailles différentes. Des dorés, des fluorescents, des traditionnels avec perles en terre cuite, des roses, des violets, des bleus… Posés en dessous, des flacons transparents emplis de bâtonnets et de perles parfumées :
« Tu distilles ça sur les draps le soir, pour que ça sente bon. »
Accrochés au parasol, une multitude de petits pagnes. On en trouve des crochetés oranges en laine, des pailletés dorés et des plus chastes, avec plus de tissu.

En face du stand de Fatima, un vendeur propose des cuissards rembourrés aux fesses et aux hanches. C’est la dernière mode et les jeunes filles les achètent pour avoir le « diafoundé » comme on dit ici, c’est-à-dire de belles fesses bien rebondies. C’est un peu comme ici au Brésil ou cette partie charnue des femmes si bien mise en valeur à tant de succès…

Les pagnes sexuels : mots crus et positions explicites illustrées.
Sous un tissu beige, Fatima a caché des « pagnes sexuels ». Trop trash pour être exposés à la vue de tous, ils se vendent discrètement.
Rokaya, une mère de famille de 28 ans habitant non loin du marché, en fabrique.
« Je les fais le soir, quand les enfants dorment. »
Là encore, ces pagnes sont traditionnellement offerts à la nouvelle mariée. Officiellement, pas question que les filles en mettent avec leur copain, « mais bon, ça se fait quand même… » Avoue Rokaya. Sur ces pagnes, des dessins érotiques. Des positions sexuelles et des mots assez crus, en français ou en wolof (la langue la plus parlée au Sénégal), selon la commande de la cliente.
Sur le dernier qu’elle a confectionné, on peut lire « Je n’attends que toi, je veux te baiser comme jamais, champion, encore mon chou ». Rokaya confie :
« Je me sers de mes expériences avec mon mari pour les illustrer. Ma cousine dessine les draps, car elle a plus de temps. »

Un petit business qui choque la génération de sa mère, mais qui dans l’excitation générale fait bien rigoler les jeunes femmes de son âge.

Sources:
Aurélie Fontaine | 06/05/2011 |Rue89|
Related articles
• Women and the New Tunisia (caledoniyya.com)