Kenneth Thompson, l’avocat de Nafissatou Diallo, condamné !

Posted on août 1, 2011

13




Kenneth Thompson, l’avocat de Nafissatou Diallo dans l’affaire DSK, vient d’être condamné à payer 15.000 US$ par un juge américain pour avoir utilisé un faux témoignage.

Le juge de district William Pauley a déclaré que la société d’avocat Thompson & Wigdor avait porté un préjudice au processus judiciaire lui-même lorsque ses avocats ont permis le dépôt d’un faux témoignage :
« U.S. District Judge William Pauley said the law firm Thompson Wigdor & Gilly harmed “the judicial process itself” when its lawyers allowed the false testimony at a deposition ».

Après que l’avocat Norman Stiegel ait renoncé à défendre l’accusatrice Nassitou Diallo (a cause de l’utilisation du faux témoignage de Kenneth Thomson avec qui il devait œuvrer de concert et parce que leur cliente avait menti au procureur Cyrus Vance), cela commence à faire beaucoup pour la plaignante !

Natissatou Diallo qui ment…, son avocat qui vient d’être condamné pour faux témoignage alors qu’il tentait, sans aucun scrupule ni état d’âme, sans remord (mais en disant comme sa cliente : « Dieu m’est témoin que… »)…, de faire payer 1 million de dollars dans l’affaire DSK.

Quel est le point commun entre la femme de chambre gesticulant à l’envi à la télé, le 26 juillet 2011 et la femme sobre à Brooklyn, le 28 juillet ? Pourquoi cette différence de style ? Cette métamorphose signe-t-elle l’échec de la première prestation ? Le changement de style modifie-t-il le fond du dossier ?

S’agit-il d’un changement de look ou de stratégie ? Est-il destiné à masquer les failles et à mettre en avant la présumée-victime ? L’avocat met-il en avant la personnalité de la présumée-victime pour se charger du dossier lui-même ? Assiste-t-on à une redistribution des rôles, le premier échappant à la présumée-victime ?

Quand on compare les prestations télévisées de Nafissatou Diallo du mardi 26 juillet 2011 sur ABC News et du jeudi 28 juillet, images diffusées depuis un quartier assez pauvre de Brooklyn, on se rend compte d’une métamorphose qui ne doit rien au hasard.

Ce que Nafissatou Diallo ne fait plus

– les grands gestes, destinés à reconstituer une scène, pour masquer le vide du dossier médical (les possibles traces de sperme de l’accusé sur la plaignante « ne prouvent rien, s’il y a eu rapport consenti » dixit l’un des avocats de DSK),

– le chemisier blanc, léger et aux manches courtes, laissant entrevoir un soutien-gorge ou des bras nus,

– les pleurs qui paraissent forcés par moments, comme l’avaient noté plusieurs journalistes (dont ceux présents pendant l’interview),

– les références au dossier judiciaire, relatif, notamment, à la connaissance qu’elle pouvait avoir de DSK, avant de porter plainte, le samedi 14 mai vers 13h30,

– la réponse embarrassée au sujet de la conversation enregistrée, au lendemain même de la présumée agression du dimanche 15 mai 2011, dans une prison d’Arizona avec son fiancé : « Ce type a du fric ; je sais ce que je fais ! »

– les risques de dérapage verbal d’une interview, même si elle est moins risquée qu’une conférence de presse avec des questions pointues qui s’enchaînent, comme devant les caméras d’ABC News,

– une interview de 10 mn, seule face aux caméras et aux interviewers !

Mise en scène pour le nouveau comportement de Nafissatou Diallo

– un style dépouillé, entre autre du cadre (une église du Sud de Brooklyn),

– une cérémonie avec un habit noir pour la présumée victime, qui s’apparentait à une cérémonie de deuil (celui d’une féminité froissée dans l’esprit de son avocat ?),

– un habit sobre ne laissant pas voir un cm2 de peau,

– une incantation à la justice,

– des proclamations sur son honnêteté et sa souffrance (ainsi qu’à celle de sa fille),

– des confidences de la fille de Nafissatou Diallo, à sa mère, sur une promesse de ne pas pleurer,

– un dépassement de son cas personnel,

– un appel aux femmes victimes de violence sexuelle dans le monde (thème cher à Kenneth Thomson),

– une courte déclaration de 3 mn, visiblement apprise par cœur (les réponses sur le dossier lui-même, étant traitées par son avocat après cette déclaration) !