DSK – Une « ex-maitresse » dénonce les questions brutales de Thompson l’avocat de Nafissatou

Posted on août 1, 2011

0




La femme, qui dit avoir eu une liaison avec l’ancien patron du FMI, raconte que l’avocat de Nafissatou Diallo lui a « couru après pendant une semaine ».

La « saga » DSK continue ! Une femme qui dit avoir entretenu une liaison avec Dominique Strauss-Kahn explique avoir été contactée par l’avocat de Nafissatou Diallo, Kenneth Thompson, et s’en prend à ses « questions brutales« , « un peu comme dans un interrogatoire musclé de police ».

Installée aux Etats-Unis mais réfugiée en Suisse pour échapper à la pression médiatique mais aussi au harcèlement ininterrompu de l’avocat de Nafissatou Diallo, cette jeune Française précise par ailleurs que son « avocate à Los Angeles, Gloria Allred, a été contactée par le bureau du procureur Vance à New York ».

« Je ne sais pas où en sont les choses parce que je suis en Europe depuis une semaine », ajoute-t-elle. Dans le magazine suisse l’Illustré, elle avait toutefois prévenu cette semaine que son témoignage « servirait sans doute plus la défense que l’accusation« . Tout le monde à bien entendu reconnu en cette mystérieuse personne, qu’il s’agit de Marie Victorine M.

Harcèlement ? Oui sans aucun doute ! Thompson semble outrepasser ses prérogatives que lui assignent sont statut d’avocat. Son interprétation de la déontologie corporative semble pour le moins élastique… Ou prône l’intimidation et le harcèlement. Ce genre de pratique est sujet à caution pour ne pas dire illégal. Mais quel avocat est-ce donc pour se permette autant de libertés?

Kenneth Thompson, l’avocat de Nafissatou Diallo, la femme qui accuse DSK d’avoir tenté de la violer en mai dans une chambre d’hôtel de Washington, « m’a couru après pendant une semaine », « j’avais des messages tous les jours », raconte cette jeune femme.

« C’est à partir de ce moment que j’ai engagé mon avocate. Nous avons eu une conférence téléphonique avec lui le 18 juillet pendant quarante-cinq minutes. Mais je lui ai répondu sèchement parce que ses questions étaient très personnelles, brutales, chirurgicales, un peu comme un interrogatoire musclé de police », dénonce cette jeune femme.

Dans son entretien à L’Illustré, elle avait déjà accusé Thompson de lui avoir posé des questions « vraiment salaces, chirurgicales »… Voir même « obscènes ».

Liaison avec DSK

Elle explique que sa trace a été retrouvée car « il semble qu’un cabinet d’investigation de Washington se soit procuré une lettre que j’avais adressée à mon père à Sarcelles et dans laquelle j’évoquais ma liaison avec Dominique Strauss-Kahn ». Elle aurait alors accordé son interview au magazine suisse pour « prendre les devants », explique-t-elle.

Le 20 juillet, Kenneth Thompson s’est rendu chez le procureur accompagné de l’avocat de Tristane Banon, une jeune femme écrivain française qui affirme que DSK a tenté de la violer en 2003.