DSK – La photo volée de Tristane Banon qui déclenche le scandale.

Posted on août 1, 2011

51




Surexposée médiatiquement depuis son dépôt de plainte pour tentative de viol contre Dominique Strauss-Kahn, Tristane Banon risque d’avoir du mal à protéger sa vie privée dans les semaines à venir.

Depuis mercredi soir, une photo volée de la romancière de 32 ans circule sur les réseaux sociaux, Twitter et Facebook. On y voit la jeune femme tout sourire, assise sur un canapé, en train de se faire toucher la poitrine par deux hommes lors de ce qui ressemble à une soirée pour le moins très arrosée entre amis.

Sur Twitter, la photo s’est répandue rapidement. En début de soirée mercredi, beaucoup d’internautes estimaient que le cliché était un faux, fabriqué à l’aide de logiciels de retouche photo. Une possibilité rapidement écartée par l’auto-identification sur Twitter des deux hommes qui se mettent en scène avec Tristane Banon. Il s’agit de Christophe Beaugrand, journaliste à LCI et Europe 1, et d’Adrien Rohard, également journaliste et chroniqueur à Europe 1.

« Il est évident que c’est pour nuire à Tristane »

« Je suis scandalisé qu’une photo de Tristane Banon sur laquelle je me trouve se retrouve utilisée à des fins politiques et aussi triviales », a posté Adrien Rohard sur le réseau social. Et Christophe Beaugrand d’ajouter : « Oui c’est moi [sur la photo]. Tristane est une amie, je l’aime beaucoup et je la soutiens ».

Les utilisateurs du réseau social l’ont aussitôt assailli de questions, notamment pour connaître l’origine de la photo. Mais Christophe Beaugrand assure ignorer la source. « Je ne me souvenais pas de cette photo. Il est évident que c’est pour nuire à Tristane. Ca me fait de la peine », écrit-il dans un tweet.

Adrien Rohard explique lui que la photo se trouvait sur les profils Facebook de la romancière, de Christophe Beaugrand, et de lui-même. Des profils verrouillés qui ne sont donc pas accessibles à moins d’être virtuellement « ami » avec ces comptes. Et malgré l’indignation de nombreux internautes, le cliché continue de se propager à vitesse grand V. En France mais aussi dans d’autres pays d’Europe.

Jeudi, aux alentours de 15 heures, Adrien Rohard a écrit sur Twitter qu’il « venait de recevoir un coup de fil de l’avocat de Tristane Banon pour envisager les suites à donner à l’affaire de la photo nous impliquant ».

La plainte de Tristane Banon repose sur des éléments matériels selon son avocat

La plainte de Tristane Banon pour tentative de viol contre Dominique Strauss-Kahn repose sur des éléments matériels et ne se résumera pas à un « parole contre parole », a déclaré jeudi son avocat, Me David Koubbi. « Nous disposons d’éléments matériels, des textos ont été envoyés et il existe des attestations », a dit l’avocat, sans préciser la teneur de ces attestations. « Ce ne sera pas parole contre parole », a-t-il ajouté.

« De nombreuses personnes se tiennent à la disposition de la justice pour témoigner », a dit Me Koubbi. L’avocat a par ailleurs dénoncé les propos de Manuel Valls, candidat à la primaire socialiste, à propos de la plainte de Tristane Banon. « Alors que M. Valls dit lui-même qu’il n’a pas connaissance du fond de l’affaire, déclarer que le dépôt d’une plainte pour tentative de viol par une jeune femme est un +torrent de merde+ relève d’une drôle de conception de la justice », a déclaré Me Koubbi.

La plainte pour tentative de viol déposée par Tristane Banon contre Dominique Strauss-Kahn a été reçue mercredi par le parquet de Paris où elle est « à l’étude ». Le parquet peut décider de mener une enquête préliminaire, d’ouvrir une information judiciaire confiée à des juges ou de classer sans suite.

Tristane Banon travaille pour une mairie UMP

C’est décidément une dure journée pour Tristane Banon. Le site Internet du magazine Le Point révèle jeudi après-midi que la romancière collabore à la mairie UMP de Boulogne-Billancourt depuis 2008. Elle siège en effet au sein du conseil économique et social local (CESL) de la ville. Un emploi pour lequel elle ne touche aucune indemnité.

Selon Le Point, « l’engagement de la jeune femme au sein du CESL de sa ville intéresse de près les avocats de Dominique Strauss-Kahn ». Le cabinet de maître Jean Veil, l’avocat de DSK en France, « aurait contacté le nutritionniste Jean-Michel Cohen, élu municipal de Boulogne-Billancourt, afin de vérifier de l’information ».

Advertisements