DSK – Newsweek marche sur des œufs suite aux accusations de Nafissatou

Posted on juillet 25, 2011

2




Nafissatou Diallo a accordé sa première interview au magazine américain Newsweek, paru ce lundi. Mais l’auteur de l’article prend toutes les précautions pour nuancer son témoignage contre DSK.

Après avoir fui les médias pendant plus de deux mois, Nafissatou Diallo est sortie de son silence. Et c’est dans le magazine Newsweek de ce lundi que la femme de chambre du Sofitel de New York livre sa version de l’affaire DSK. Une offensive qui intervient comme par hasard exactement une semaine avant l’audience du 1er août au cours de laquelle Dominique Strauss-Kahn doit de nouveau comparaître. Conscient de donner la parole à l’accusation, l’hebdomadaire américain a pris soin, tout au long de ce témoignage, de multiplier les précautions.

Nafissatou Diallo joue-t-elle la comédie? « Occasionnellement, lorsqu’elle pleurait, les larmes semblaient forcées », peut-on lire dans Newsweek qui décrit la plaignante comme une femme « pas glamour » avec des problèmes de peau. L’interview vidéo diffusée ce lundi après-midi – heure française – sur ABC pourrait peut-être apporter de nouveaux éléments sur la ʺbonne foiʺ de la femme de chambre.

Dans l’article publié par Newsweek, la Guinéenne revient dans le détail en professionnelle du sexe – et avec des mots parfois crus – sur ce qui s’est passé dans la suite 2806 le 15 mai 2011. Puis, son parcours et les raisons qui l’ont poussée à se rendre aux Etats-Unis sont passés au crible. En vain. « Presque toutes les questions sur son passé en Afrique occidentale ont été accueillies avec des réponses vagues« , voir même complètement ignorées, déplore Newsweek.

Au sujet de sa relation avec un trafiquant de drogues incarcéré aux Etats-Unis, la victime présumée reste une fois de plus très floue. Nafissatou Diallo se contente de dire qu’ils sont « amis ». Lors de conversations téléphoniques avec cette connaissance, elle aurait dit, d’après le New York Times qui cite un enregistrement sonore, « Ne t’inquiète pas, cet homme a de l’argent. Je sais ce que je fais. » Le magazine note cependant que cette phrase a été prononcée dans le dialecte de « Nafi » et que sa traduction n’est peut-être pas entièrement fidèle. Sur ce sujet Nafissatou n’a pas daigné répondre ni laisser un commentaire d’explication.

Quant aux circonstances de cette affaire, Nafissatou Diallo peut très bien avoir « été victime d’un homme prédateur et puissant » tout en ayant voulu saisir l’occasion de « faire de l’argent de la situation », conclut Newsweek.