DSK – Explications: sur l’ajournement de l’audience jusqu’au 1er Août

Posted on juillet 12, 2011

0




C’est en fait une mauvaise nouvelle, source d’une grande déception pour DSK et ses avocats.

Comme il fallait s’y attendre dans cette affaire très riche en rebondissements et surprises de toutes sortes, contre toute attente le procureur a décidé d’aller juqu’au procès suite aux pressions de toutes parts.

L’audience de DSK devant la justice reportée au 1er août

« Le but de l’ajournement de cette audience est de permettre aux deux parties de poursuivre leur enquête sur cette affaire », a expliqué le procureur.

La prochaine audience de Dominique Strauss-Kahn devant la justice américaine pour crimes sexuels, initialement prévue le 18 juillet, a été reportée au 1er août. « Nous espérons que d’ici là, le procureur prendra la décision nécessaire d’abandonner les charges contre M. Strauss-Kahn », ont commenté Benjamin Brafman et William Taylor, les avocats américains de l’ancien directeur général du Fonds monétaire international, dans un communiqué publié lundi 11 juillet. De son côté, le procureur Cyrus Vance a confirmé le report de l’audience au 1er août, précisant que « l’enquête sur cette affaire se poursuivait ». « Le but de l’ajournement (de cette audience) est de permettre aux deux parties de poursuivre leur enquête sur cette affaire ». L’ancien patron du Fonds devait comparaître le 18 juillet devant la tribunal pénal de Manhattan. Il est visé par sept chefs d’accusation, dont « séquestration » et « tentative de viol », un crime passible de plusieurs dizaines d’années de prison, et pour lesquels il a déjà plaidé « non coupable ». DSK est poursuivi pour crimes sexuels à la suite de la déposition d’une femme de chambre guinéenne qui prétend avoir été violée le 14 mai dans une suite de l’hôtel Sofitel à New York. Le 1er juillet, Dominique Strauss-Kahn a été libéré de son assignation à résidence. L’apparition de contradictions dans le récit, sous serment, de la victime présumée a ébranlé l’accusation. Les avocats de l’ancien ministre parient maintenant sur le non-lieu, faute de témoin suffisamment fiable. Le procureur du Manhattan pourrait alors tenter de boucler l’affaire en proposant à DSK un accord dans lequel il plaiderait coupable des accusations les moins lourdes en échange de l’abandon des charges criminelles. Reste que les avocats de Dominique Strauss-Kahn ont répété que leur client refuserait de plaider coupable du moindre chef d’accusation, même secondaire, si le procureur de Manhattan lui proposait un accord afin de clore la procédure. « M. Strauss-Kahn ne plaidera coupable de rien », avait déclaré Me William Taylor dans le New York Times.

Affaire DSK, il faudra s’y résigner, est une succession de vérités, une addition de story-telling, pour reprendre une expression très usée mais qui trouve là sa pleine justification. Et cette addition, au bout du compte, ne nous renseignera pas forcément sur les évènements qui se sont déroulés le 14 mai dernier dans la suite présidentielle 2806 du Sofitel de Manhattan.

Le tout dernier chapitre s’intitule : Nafissatou Diallo, héroïne des All Black United. Après avoir été la malheureuse victime d’un pervers puis une pute machiavélique, éventuellement rétribuée par les caisses noires de l’ Elysée, notre valeureuse Guinéenne de 33 ans a revêtu depuis quelques jours le costume de « Sister Nafissatou », incarnation vivante de la domination du mâle blanc, riche et soutenu par l’establishment. C’est presque aussi beau que du Marine Le Pen s’exprimant sur le sujet avec sa réactivité bien connue. Cet ultime scénario, co-écrit par  Kenneth Thomson, l’avocat de la jeune femme et diverses associations noires plus ou moins représentatives, va coûter quelques dizaines de milliers de dollars supplémentaires au couple Sinclair-DSK : la nouvelle audience prévue le 18 juillet est repoussée au 1er août, le procureur Cyrus Vance Jr souhaitant approfondir certaines investigations en cours. Lesquelles ? Mystère. De nouveaux éléments à charge contre DSK ? Ou au contraire les pistes troubles entourant la « vraie personnalité » de la « vraie Nafissatou » ? Mystère encore.

Curieusement ce report satisfait tout le monde. Du moins dans l’expression publique. Benjamin Brafman et William Taylor les avocats de DSK ne s’y sont pas opposés, évitant soigneusement tout ce qui pourrait contrarier le procureur Vance avec lequel ils ont établi une sorte de code de bonne conduite. Pour eux, et de nombreux juristes partagent cet avis, l’issue ne fait de toute manière aucun doute : un non-lieu est inévitable. Venu à nouveau manifester son soutien à la Sister devant le domicile provisoire de DSK, 153 Franklin Street à Tibeca, Noel Leader, un des dirigeants des « 100 Black in Law Enforcment we care » a encouragé Cyrus Vance Jr à poursuivre encore et toujours ses enquêtes. Jusqu’où ? Un procès en bonne et due forme évidemment. Dans cette éventualité, les soutiens de Nafissatou se font fort de mobiliser le banc et l’arrière banc de la communauté noire mais aussi l’armada fournie des associations féministes et des organisations humanitaires de toutes sensibilités autour du cas Diallo. Et quand il s’agit de juger des symboles évidemment, le strict droit ne suffit plus. La suite très bientôt sur vos écrans.