DSK/NAFISSATOU DIALLO – Les experts très sceptiques sur les chances d’un procès

Posted on juillet 4, 2011

0



Pourquoi les experts sont très sceptiques sur les chances d’un procès

Compte tenu du manque de crédibilité du témoignage de la femme de chambre guinéenne, la perspective d’un procès s’éloigne. Même les probabilités d’une plainte au civil semblent s’évanouir.

Le District Attorney, Cyrus Vance Jr., après avoir constaté le manque de crédibilité de son témoin, qui n’aurait pratiquement aucune chance de convaincre un jury de sa bonne foi. Pour les experts, il faut voir là le contrecoup de l’empressement du bureau de Cyrus Vance Jr. à vouloir garder sur le territoire américain un haut personnage susceptible à ses yeux de fuir la justice. La police, pas plus que le District Attorney, n’aurait pas eu le temps de convenablement enquêter sur la victime présumée alors que la chambre d’accusation (« grand jury ») ne disposait que de cinq jours pour qualifier les faits après l’arrestation de DSK, le 14 mai dernier. A parole contre parole, le manque de crédibilité du témoin ruine toutes les chances de procès, quelle que soit la réalité des faits selon la plupart des juristes américains.

La procédure et les charges sont pour l’instant maintenues jusqu’à la prochaine audience du 18 juillet. « Il y a là un peu d’habillage politique vis-à-vis de l’électorat du procureur de l’Etat de New York. Après tout, son bureau a présenté cette affaire comme celle de la pauvre immigrante noire violentée par un Blanc riche et puissant », note Isabelle Kirshner. Aux yeux de cette dernière, il ne fait pas de doute cependant qu’il n’y aura pas de procès. DSK a désormais toutes les chances d’être relaxé. « Les conditions de contrôle judiciaire, qui étaient les plus drastiques possibles, sont devenues les plus légères possibles. Cela montre bien qu’il y a un vrai problème sur ce dossier », ajoute Daniel Schimmel, avocat chez Kelley & Drye.

Le pari perdu de Cyrus Vance Jr
Les probabilités d’une plainte civile – où la victime aurait pu obtenir des dédommagements financiers -se sont elles aussi évanouies. De son côté, l’avocate new-yorkaise Melinda Sarafa, du cabinet Sarafa Law, estime que le bureau du procureur pourrait encore, compte tenu de l’existence avérée du rapport sexuel, tenter de faire une « offre d’arrangement attrayante » à la défense en négociant l’abandon des chefs d’inculpation majeurs contre une peine symbolique. Mais dans les circonstances actuelles, elle estime que « DSK aurait tout intérêt à aller au procès » en vue d’un acquittement.

Le système américain
« Dans cette affaire, on a pu voir l’horreur et la beauté du système judiciaire américain. L’horreur, c’est le « perp walk » et la présomption d’innocence qui part en fumée. La beauté du système, c’est que le procureur vient devant le juge présenter des éléments à décharge après avoir conféré avec la défense. Pas un autre pays au monde ne fonctionne ainsi ! »,