A la rencontre des Kuikuros une tribu indienne du Xingu au Mato Grosso.

Posted on avril 18, 2011

5



Reportage – des photos exclusives

Cérémonie, sortie de la case du chef

Ce peuple indigène est particulièrement favorable à l’ouverture, mais aussi aux échanges culturels avec les citadins, en vue de redonner toute la valeur de leurs us et coutumes pour une meilleure  reconnaissance de la culture indienne.

Le village de cette tribu est situé dans le haut Xingu, niché dans les profondeurs de la forêt Amazonienne, (loin de toute civilisation), ils vivent principalement de la pêche qui dure seulement 3 mois, en raison des fortes pluies tout le reste de l’année.

Au cours de la saison des pluies ils occupent leur temps à la chasse mais aussi à la pratique de l’artisanat. Cette dernière activité est l’une de leurs ressources économiques primordiales dont les bénéfices sont ensuite répartis équitablement à l’ensemble de la communauté.

Il faut compter plus de 12 heures de voyage pour parvenir jusqu’à eux. Un voyage extrêmement fatigant. L’on doit emprunter plusieurs types de transports, avion, car, bateau, pirogue et subir l’assaut ininterrompu des moustiques très voraces lorsque l’on s’enfonce dans les méandres de la forêt.

La curiosité l’emporte sur la timidité avec ces deux enfants

Nous sommes tout de suite frappés par la robuste constitution et la carrure athlétique des hommes, leurs jambes puissamment musclées, le corps imberbe. C’est de toute évidence un peuple en bonne santé, heureux, qui vit en en totale symbiose avec la nature. Ce sont des gens aimables, qui vous accueillent avec un large sourire sur des dents saines éclatantes. C’est aussi un peuple fier, de bon sens, intelligent qui développe la faculté de percevoir, ressentir les choses.

Tir à l'arc, épreuve d'habileté

J’ai cependant noté une certaine ressemblance morphologique des traits physiques mais aussi de par la stature avec le peuple japonais. Ce détail m’a particulièrement frappé. Le comportement est aussi similaire dans la politesse et le côté discret voir effacé, les sourires timides qu’il faut savoir interpréter de différentes manières selon les situations.

Femme arborant les peintures de deuil jusqu’à la cérémonie

Les enfants sont espiègles, joueurs, souriants, heureux de vivre et en bonne santé. Ils courent partout et s’approchent timidement de la caméra poussés par un sentiment de curiosité. On peut noter toutefois que la civilisation est passée par là car nombreux sont ceux qui utilisent les tongs pour marcher.

Cérémonie pour les anciens

Les anciens parlent très peu le portugais, en revanche les nouvelles générations le pratique couramment. Les jeunes semblent attirés par le modernisme mais ne peuvent néanmoins se passer de leur mode de vie ancestral plus conforme avec leur culture. Ils s’aperçoivent vite que la jungle des villes est beaucoup plus périlleuse que celle d’Amazonie.

La cuisine et la vie au quotidien

Au cours d’un entretien avec le chef du village, celui-ci m’a fait part de ses préoccupations environnementales et sur l’avenir incertain des indiens d’Amazonie. Il semble pessimiste, pour le moins fataliste quant à l’issue, mais tente une fois de plus une campagne de communication internationale pour faire appel au bons sens de l’homme, sensibiliser chacun de nous sur leur devenir et celui intimement lié de la planète. Nous somme tous concernés car il y va de notre survie.

Pouvoir de la séduction

Ils sont en effet menacés à court terme par tous les projets des barrages hydroélectriques en construction. Ceci leur retire la plus grande partie de leurs ressources de chasse, de pêche mais aussi de cultures, sans parler de l’impact irrémédiable sur la faune et la flore. Ces projets pourraient être construits sur d’autres sites sans pour autant détruire l’environnement… Mais pour une raison de coût… voir d’économie, la décision semble sans appel.

A cache cache

Des espèces animales, des plantes médicinales vont irrémédiablement disparaitre complètement submergés par les eaux. C’est un aspect des choses qu’il ne faut pas négliger. Des villages indiens seront appelés à disparaitre, ou à se déplacer dans d’autres régions, Ceci va sans nul doute générer de multiples tensions de voisinage. D’autant que les propriétaires terriens pratiquent au quotidien des tueries au cours d’expéditions punitives. La chasse à l’indien y est tristement banalisée.

Je vous invite à regarder mes photos et à la réflexion.
FMB labasoche.