Arrestation du président ivoirien sortant Laurent Gbagbo

Posted on avril 11, 2011

0



Lundi 11 avril 2011, 18h18
Le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo a été arrêté lundi à l’issue d’une offensive généralisée sur sa résidence à Abidjan des forces de son rival Alassane Ouattara , appuyées par les moyens aériens et blindés des forces françaises et de la mission des Nations Unies (Onuci).
« Laurent Gbagbo a été arrêté par les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI, pro-Ouattara) et conduit à l’Hôtel du Golf (QG du camp Ouattara) par les FRCI », a déclaré à l’AFP l’ambassadeur de France, Jean-Marc Simon.
M. Gbagbo, 65 ans, au pouvoir depuis 2000, a été arrêté en compagnie notamment de son épouse Simone, considérée comme une « dure » du régime, et de son fils Michel, né d’un premier mariage.
La télévision pro-Ouattara TCI a diffusé des images de l’ex-président, qui était retranché dans sa résidence face à l’offensive des forces pro-Ouattara entrées dans Abidjan le 31 mars, en bonne santé mais l’air visiblement fatigué. Il a selon des sources concordantes été examiné par un médecin.
Sur ces images sans son, on voit M. Gbagbo entrer dans une chambre, s’asseoir sur un lit, entouré de plusieurs hommes debout avec lesquels il converse. Parmi eux, son fils Michel, le ministre de l’Intérieur de M. Ouattara, Hamed Bakayoko, et le commandant Issiaka Ouattara, dit « Wattao », un des chefs militaires pro-Ouattara.

Arrivée de Simone Gbagbo au Golf Hôtel

D’autres images montrent son épouse Simone Gbagbo, décoiffée, et escortée par des hommes non identifiés.

Le couple Gbagbo humilié

Il y a cependant de nombreuses questions restées sans réponse quant aux actions menées par la Licorne… On peut néanmoins observer sur cette photo la présence de personnes étrangères non africaines et par la coupe de cheveux réglementaire s’interroger pour savoir si l’armée française n’a pas organisé directement cette arrestation avec les forces pro-Ouattara en prenant la direction de l’opération.
Par ailleurs, par son angle malsain, son côté revanchard ce n’est pas à l’honneur des pro-Ouattara, de l’ONUCI mais aussi de la France d’humilier ainsi un chef de l’état même déchu soit-il et sa famille… Quoiqu’ils aient pu faire par le passé. L’histoire jugera tous les protagonistes, les ingérences sans indulgence!
Advertisements