Lexique des termes employés dans le nucléaire

Posted on avril 5, 2011

0



INES/International Nuclear Event Scale (Triang...

Image via Wikipedia

Pour y voir plus clair, les principales définitions des mots employés par la filière nucléaire.

A.I.E.A. : Agence Internationale de l’Energie Atomique.
ASN : Autorité de Sûreté Nucléaire (France).
Le Becquerel : La radioactivité d’un échantillon se caractérise par le nombre de désintégrations de noyaux radioactifs par seconde qui s’y produisent. L’unité de mesure de la radioactivité est le Becquerel (Bq).
Bore (eau borée) : Le bore est utilisé dans les réacteurs de centrales nucléaires comme ralentisseur ou absorbeur de neutrons lents. Mélangé – à dose requise – à l’eau du circuit primaire, il permet de contrôler les réactions thermonucléaires et d’éviter l’emballement du réacteur. Pour maintenir un réacteur à l’arrêt, une dose plus importante de bore doit être injectée et maintenue dans le circuit primaire. L’eau « borée » est l’une des deux lignes de défense protégeant un réacteur nucléaire de l’emballement.
Combustible : Le combustible nucléaire est le produit qui, contenant des matières fissiles (uranium, plutonium…), fournit l’énergie dans le cœur d’un réacteur nucléaire en entretenant la réaction nucléaire en chaîne de fission nucléaire.
Contamination : phénomène se produisant quand un produit radioactif se dépose sur un objet ou un être, ou bien est ingéré ou inhalé par un être. La contamination se distingue de l’irradiation, événement au cours duquel l’objet ou l’être est soumis à un rayonnement ionisant.
Echelle INES : L’échelle internationale des événements nucléaires (INES, de l’anglais International Nuclear Event Scale) sert à mesurer la gravité d’un accident nucléaire. Cette échelle logarithmique compte huit niveaux de gravité notés de 0 à 7.
Enceinte de confinement : Bâtiment spécifique, dans lequel est enfermé un réacteur ou une installation nucléaire, destiné à assurer le confinement des matières radioactives, notamment en cas d’accident ou de situations accidentelles.
Iode 131 : L’Iode 131 radioactif peut être rejeté accidentellement par un réacteur nucléaire. Il est assimilé avec la nourriture ou l’eau contaminée, se fixe sur la thyroïde. L’ingestion de comprimés d’iodure de potassium (130 mg par jour) sature la glande thyroïde et évite cette fixation.
Irradiation : Est le fait d’être exposé à des rayonnements ionisants.
Fission : phénomène par lequel le noyau d’un atome est divisé en plusieurs nucléides plus légers, généralement deux nucléides. Cette réaction nucléaire se traduit aussi par l’émission de neutrons et un dégagement d’énergie très important.
Fusion du cœur : se produit lorsqu’un réacteur nucléaire cesse d’être correctement refroidi, en raison d’une défaillance des systèmes de contrôle, de sécurité et/ou de refroidissement. Les crayons de combustibles atteignent de très hautes températures et commencent à fondre. Cette fusion du coeur est un accident très grave pour une centrale nucléaire mais elle n’a rien à voir avec la réaction de fusion nucléaire qui se produit dans les étoiles et que les physiciens essaient de reproduire avec le projet ITER.
Le Gray : Lorsqu’ils rencontrent de la matière, les rayonnements ionisants entrent en collision avec les atomes qui la constituent. Au cours de ces interactions, ils déposent une partie ou la totalité de leur énergie. La dose absorbée (exprimée en Gray) est définie par le rapport de cette énergie déposée sur la masse de matière. Un Gray correspond à une énergie déposée de un Joule dans un kilogramme de matière.
Réacteur à eau bouillante : Type de réacteur utilisé dans les centrales japonaises. Le fluide caloriporteur qui circule dans l’unique circuit primaire est de l’eau ordinaire sous pression.
Le sievert : Le sievert est l’unité utilisée pour mesurer l’absorption du rayonnement par le corps humain et les effets qui y sont associés. La radioactivité naturelle est de l’ordre de 0,0001 mSv/h.