Le nuage radioactif est arrivé sur la France dès cet après-midi.

Posted on mars 23, 2011

1



Le « nuage » radioactif dégagé par les explosions et les émanations de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima devrait atteindre la France métropolitaine dès ce mercredi après-midi, à priori sans risque (mais sans certitude) pour la population car, selon l’Autorité de sûreté nucléaire, la distance entre la France et le Japon rend le risque négligeable. Le niveau de contamination de l’air en France devrait rester 1.000 à 10.000 fois inférieur au « nuage de Tchernobyl » en 1986, dit l’ASN. Face aux inquiétudes légitimes des Français, l’Autorité a décidé de jouer semble-t’il la transparence et de répondre sur son site Internet (complètement saturé) aux questions qu’ils se posent (asn.fr). Les autorités assurent que le contrôle des produits frais en provenance du Japon est opérationnel, mais les importations de fruits, légumes et algues sont interrompues pour le moment.

En détails

La dangerosité du nuage sur l’Europe

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et l’organisation indépendante Criirad assurent toutes deux pour l’instant que la distance entre la France et le Japon via les océans Pacifique et Atlantique, soit environ 15.000 kilomètres, rendent le risque négligeable. Il ne pourra sans doute même pas être mesuré par les détecteurs tant les quantités d’éléments toxiques seront faibles et aucune précaution particulière n’est donc requise pour le moment. Ceci en l’occurrence reste à voir… car les effets sur la santé demeurent. Une question subsiste : La sensibilité des capteurs pour mesurer les taux d’éléments toxiques est-elle fiable ?

La Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité a promis de réaliser des analyses détaillées pour fournir des données précises. L’organisation fondée après l’accident de Tchernobyl, en 1986, où la France avait nié à tort le risque du nuage contaminé, reste toutefois prudente.

Le système de surveillance officiel permettant de détecter instantanément l’augmentation de la radioactivité dans l’air est consultable sur le site Internet de l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire).

Dans une lettre adressée à l’ordre national des médecins, l’ASN indique aussi « qu’il n’y a pas lieu de prescrire de l’iode stable, totalement inutile » et que « la concentration radioactive de l’atmosphère de l’hémisphère Nord semblerait extrêmement faible du fait de la dilution ». Une affaire à suivre dans les prochains jours… Quand on sait que les salades et les choux, (grâce leurs larges feuilles) servent à mesurer l’intensité de radioactivité en Bretagne ! Il convient de rester très prudent.