Japon : la possibilité d’un nuage radioactif alerte les ambassades des pays voisins

Posted on mars 18, 2011

0



Map of Saint Pierre et Miquelon.
Image via Wikipedia

(Le 18 mars 2011) Même s’il est trop tôt pour parler de nuage radioactif ou prédire l’étendue d’éventuelles retombées radioactives au Japon et dans les pays voisins, les ambassades de France en Chine, en Corée du Sud, à Taiwan et dans les Philippines sont très attentives à l’évolution de la situation au nord du Japon. Certaines ont donc émis des recommandations à leurs communautés d’expatriés, à l’heure où l’hypothèse d’un nuage radioactif n’est donc plus exclue. Le point sur ce qu’il faut savoir si vous résidez en Chine et à Hong Kong, à Taiwan, sur l’archipel des Philippines, et surtout en Corée du Sud, le pays le plus concerné par cette crise en dehors du Japon. (En bas de l’article des informations concernant les collectivités d’Outre-mer.)
Chine
Plus de 25.000 Français sont installés en Chine. L’agglomération de Pékin, qui concentre la majorité d’expatriés français, se situe à environ 2000 km à l’ouest de Tokyo. Pour l’heure l’ambassade de France en Chine, qui est en contact avec les autorités locales, indique que ces dernières « ne font pas état, à ce stade, d’incidences sur le territoire chinois. En l’état des données actuellement disponibles, aucune mesure n’est nécessaire pour la communauté française de Chine ou les Français de passage. »
Elle recommande cependant aux expatriés »de se tenir informés de l’évolution de la situation et en particulier de consulter régulièrement le portail de la France en Chine. »
Le consulat général de France à Hong-Kong (et zone Macao) émet les mêmes recommandations aux expatriés avec le même constat provisoire : « les autorités hongkongaises et macanaises ne font pas état, à ce stade, d’incidences sur les territoires de Hong Kong et de Macao. »
Corée du Sud
Environ 2000 français sont installés en Corée du sud. C’est le pays le plus proche des côtes japonaises. L’ambassade de France en Corée du Sud indique être en contact « avec l’institut de sûreté nucléaire coréen, le KINS, qui effectue en continu des relevés sur l’ensemble du territoire coréen. » Celui-ci « ne fait pas état, à ce stade, d’incidences sur le territoire de la Corée du Sud » peut-on lire sur le site de l’ambassade. Elle recommande en outre à ces ressortissants :
– De se tenir informés de l’évolution de la situation (voir les liens recommandés)
– De prendre connaissance de la fiche réflexe sur les risques nucléaires (à titre préventif)
Taiwan
L’île de Taiwan et sa capitale Taipei (3000 km au sud de Tokyo) rassemble une petite communauté d’expatriés français. Selon l’ambassade de France à Taiwan : « le Conseil de l’énergie atomique de Taïwan a indiqué que le niveau de radioactivité tel que mesuré par un réseau de 30 capteurs à travers toute l’île, actualisés toutes les cinq minutes, était dans une moyenne normale ».
Elle invite les ressortissants français à s’informer régulièrement sur l’évolution de la situation.
Philippines et Micronésie
L’archipel des Philippines réunit une communauté de Français estimée à près de 2000 ressortissants. L’ambassade de France à Manille (Philippine et Micronésie) indique que « les autorités philippines ne font pas état, à ce stade, d’incidences sur le territoire de la l’archipel. Il n’y a donc pas, pour le moment, de mesure particulière de protection à prendre pour la communauté française des Philippines ou les français de passage ». Elle recommande néanmoins au Français qui ne sont pas encore enregistrés à l’ambassade de se faire enregistrer « dans les meilleurs délais, afin de pouvoir répondre le cas échéant à une campagne d’information plus personnalisée. »
D’autres ambassades, comme l’ambassade de France en Nouvelle-Zélande, à Singapour en Indonésie jusqu’au Brésil ou en Australie, n’ont pour l’heure pas émis de recommandations particulières.
A noter que le ministère de l’Outre-mer a confirmé jeudi l’envoi de comprimés d’iode à Saint-Pierre-et-Miquelon, en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française et à Wallis et Futuna afin de »faire face à une éventuelle contamination après l’accident nucléaire au Japon ».
Source Laurent Le blog de l’expat.