Mais que se passe-t-il vraiment à Fukushima ?

Posted on mars 14, 2011

1



Plusieurs centrales nucléaires japonaises sont en crise, particulièrement celle de Fukushima-Daiichi. Problème majeur: refroidir les réacteurs après les pannes des systèmes de refroidissement, endommagés par le séisme puis le tsunami qui a frappé le Japon le 11 mars.

la-centrale-nucleaire-de-fukushima

Ces centrales sont Onagawa, au nord de Sendai, Fukushima Daiichi et Fukushima Daini (à seulement 12 km l’une de l’autre), et Tokai-mura, à un peu plus de 100 km au nord de Tokyo.
Le séisme et/ou le tsunami ont endommagé les systèmes de refroidissements des réacteurs, y compris des systèmes de secours dans certains cas, dans les deux centrales de Fukushima ainsi qu’à Tokai-mura. Que se passe-t-il alors ? Dans les centrales japonaises les réacteurs sont immergés dans l’eau bouillante et l’augmentation de la température provoque une vaporisation d’une partie de cette eau et une élévation de la pression dans l’enceinte de confinement.
Les autorités japonaises ont décidé d’effectuer des rejets contrôlés de vapeur pour faire baisser la pression dans l’enceinte de confinement. Cependant, avec la baisse du niveau de l’eau dans les réacteurs de Fukushima Daiichi, le haut du réacteur s’est en partie retrouvé hors de l’eau, ce qui fait encore monter la température. A environ 1000°C, les gaines qui entourent le combustible commencent à fondre. Ces gaines contiennent du zirconium qui peut alors réagir avec la vapeur d’eau et produire de l’hydrogène. Relâché dans le bâtiment au cours des opérations de décompression, cet hydrogène réagit avec l’air ambiant et explose. C’est ce qui a détruit en partie les bâtiments des unités 1 et 3.
D’après les informations fournies par le Japon, les enceintes de confinement elles-mêmes ne sont pas touchées. Reste qu’il faut continuer à refroidir le cœur du réacteur à tout prix. De l’eau de mer contenant du bore (qui absorbe les neutrons et bloque ainsi la réaction nucléaire en chaîne) a été déversé sur les réacteurs n°1 et 3. L’eau de mer étant corrosive et chargées d’impuretés, ces deux réacteurs sont définitivement inutilisables. La même opération a commencé ce lundi 14 mars pour le réacteur n°2 où la température augmente également.
Si ces opérations de sauvetage fonctionnent, les dégâts et surtout les rejets radioactifs resteront limités. Dans le cas contraire… Le combustible continue à fondre. A 2500 ou 3000°C, il se mélange avec les gaines, l’acier de la structure du cœur du réacteur, et tombe au fond de la cuve. Soit elle tient le coup et ce corium reste confiné soit des explosions fracture l’enceinte de confinement et des matériaux radioactifs seront dispersés. On ne sera plus alors dans une situation « d’accident nucléaire grave » mais bien de catastrophe.
185.000 résidents ont déjà été évacués par les autorités dans un périmètre de 20km autour de Fukushima Daiichi et de 10 km autour de Fukushima Daini.
La centrale de Fukushima Daini :
D’après les informations de Tepco, l’opérateur japonais de la centrale, les niveaux d’eau sont stables dans les quatre réacteurs de la centrale.
La centrale de Tokai-murai:
D’après les dernières informations communiquées en France par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), le système de refroidissement d’un réacteur serait tombé en panne mais le système de secours fonctionnerait normalement.
La centrale d’Onagawa :
Les taux anormalement élevés de radioactivité relevés près du site ont ensuite diminués. Ils seraient dus aux rejets radioactifs de Fukushima Daiichi.
Cette situation dramatique au Japon devrait nous faire réfléchir quant à notre politique de l’énergie (soit disant propre).
En France nous ne sommes pas mieux lotis avec nos centrales… mais ce sujet ne semble pas préoccuper le gouvernement sur la remise en cause des sources d’énergies.

Sites nuc1éaire France

Trop de lobbys au demeurant et d’intérêts en jeu.
L’hexagone sommeille sur une bombe à retardement et pense que cela n’arrive qu’aux autres ! L’Allemagne serait-elle plus intelligente ou sinon mieux avisée ?